Le cyclo-lecteur

Le cyclo-lecteur
Photo Juan Camilo Martinez Otálvaro (2013)

lundi 6 août 2018

6 août 2018 : droite et gauche



Ces "hommes de gauche", depuis qu’ils sont au pouvoir, passent leur temps à donner des gages à la droite. On les voit affamés d’obtenir la considération des milieux où ils se sentaient, jusqu’ici, méprisés. À se renier comme ils le font pour séduire la société élégante, ils ne gagnent rien, du reste. On les emploie, mais avec un sourire où la condescendance se mêle au dégoût.
(Henri Guillemin, Les origines de la Commune : 3, La Capitulation, Gallimard, 1960)


Eh bien oui, il faut le dire tout net, la gauche existe toujours, en dépit de tous les politiciens prétendûment "de gauche", qui ont fait le bonheur de la droite quand ils ont été au pouvoir, et l’ont ramenée au pouvoir en décevant fortement leurs électeurs. Il est vrai que nous sommes fautifs, nous électeurs : nous avons mis notre destin entre leurs mains. "Nous voulons devenir comme eux parce qu’ils nous ont persuadé que nous sommes ce qu’ils veulent qu’on soit – faibles, insignifiants, nuls. Ils ont réussi à faire qu’on se voie avec leurs yeux et non avec les nôtres. Ils nous ont persuadé que leur chemin est le seul chemin", comme le rappelle Chrìstos Ikonòmou dans son roman Le salut viendra de la mer (trad. Michel Volkovitch, Quidam, 2017). L’auteur sait de quoi il parle : la Grèce a élu Tsipras, devenu un pantin entre les mains du FMI et de l’Europe et qui a suivi le chemin qu'on lui a dicté. En ce qui concerne l’histoire de France, une seule période a vu la mise en place d’élus en qui le peuple pouvait faire confiance. Ce fut pendant la Commune de Paris en 1871, où on eut un court instant la "joie de la confiance que l’on peut faire, enfin, à nos élus. Nos élus. Des ouvriers, qui cette fois ne sont pas les otages de la bourgeoisie", nous a rappelé Michèle Audin dans Comme une rivière bleue : Paris 1871 (Gallimard, 2017). 


 
N(oublions d’ailleurs pas que "la gauche et la droite ont en commun plus qu’elles ne le croient : le même culte du chef [Staline versus Hitler], la même conviction que certains sont faits pour commander [ceux des classes privilégiées], d’autres pour obéir [les classes populaires], la même foi aveugle dans les vertus de l’accumulation [le culte de la croissance, indispensable au capitalisme]", souligne Patrick Rödel dans son essai biographique roboratif Les petits papiers d’Henri Guillemin (Utovie, 2015). Si encore un minimum de justice régnait, on pourrait accepter l’ordre imposé par les nantis : "Que l’autorité se borne à être juste, nous nous chargerons d’être heureux", notait Benjamin Constant dans De la liberté des Anciens comparée à celle des Modernes, 1819). Il en connaissait un rayon, lui qui avait vu Bonaparte se muer en Napoléon ! Mais hélas, comme le héros de Fumiko Hayashi dans Nuages flottants, nous sommes nombreux "à douter en secret de l’honnêteté de la justice" (Éd. du Rocher, 2005). Et à tous les niveaux ; deux poids, deux mesures comme le disait La Fontaine dans sa fable Les animaux malades de la peste, "Selon que vous serez puissant ou misérable, Les jugements de cour vous rendront blanc ou noir". Voir comment l'évasion fiscale à très grande échelle n'est jamais condamnée, alors qu'un vol de pain peut l'être.


Il y eut pourtant une autre époque bénie, qui dura en gros de 1945 à 1989, où tout de même il y eut une évolution sociale avantageuse (oh ! très légèrement) pour les couches populaires (sécurité sociale, salaire minimum, vote des femmes, nationalisation des grandes féodalités économiques, institution des comités d’entreprise, etc.), ce fut le fameux programme Les jours heureux du Conseil National de la Résistance. Il permit notamment de faciliter l’accession au fameux "ascenseur social" (je l'ai pris, mais ne me suis jamais fait aucune illusion, si on n'a pas le goût du pouvoir, on ne monte pas bien haut) et de moderniser le pays. Mais il faut bien le dire, depuis Thatcher et Reagan au début des années 80 qui, ayant vu l’état de délabrement de l’URSS, ont bien compris qu’on pouvait se passer des programmes sociaux, puisqu’il n’y avait plus d’opposition crédible, tout cela a été mis à mal dans la plupart des pays occidentaux qui, par ailleurs, continuent à piller le tiers-monde. Et parfois la gauche et la pseudo-gauche (Blair en Angleterre, Hollande en France) y ont fortement contribué. Quant à notre petit Jupiter, on peut avec Patrick Raynal (Siné Mensuel, mars 2018) dire que "Macron […] du haut de son insolente jeunesse, passe à la moulinette l’hôpital public, les transports ferroviaires et tous les acquis sociaux grignotés par le peuple pour figurer, à côté de la sémillante Thatcher, au palmarès des cinglés du libéralisme absolu"...

 
Et c’est bien là qu’on voit encore que le clivage entre la droite et la gauche garde du sens : de ceux qui ont voté Macron, les gens de droite ou de la pseudo-gauche sont contents, ravis, épanouis ; les gens véritablement "de gauche" qui, de toute façon, n'attendaient pas grand-chose de lui, regrettent de lui avoir donné leur voix, ils ne recommenceront pas ! On reconnaît les gens de droite au fait qu’ils trouvent qu’il y a trop d’immigrés (et bien entendu condamnent férocement ceux qui aident les migrants), trop d’assistés au RSA (des "privilégiés" selon eux) et d’une façon générale trop d’assistanat (jusqu'au minimum vieillesse que ces gens trouvent scandaleux !), trop d’impôts, trop de relâchement dans les mœurs, on les reconnaît aussi à leur opposition de principe à l’IVG, au mariage pour tous, à l’adoption par des couples ou des individus non conformes, à leur goût pour la hiérarchie sociale et à tant d’autres choses, qu'on peut bombarder en Syrie, au Yemen, à Gaza (ils sont généralement racistes, mais là, ils sont d'accord avec Israël ou les USA) et ailleurs en toute impunité, qu'on peut continuer et même multiplier les contrôles au faciès, que la violence policière n'est qu'une réponse à celle des manifestants (ce qui est souvent faux), etc... Oui, on les reconnaît bien, ces gens-là (comme chantait Brel) et les différences gauche-droite existent toujours.

Aucun commentaire: