Le cyclo-lecteur

Le cyclo-lecteur
Photo Juan Camilo Martinez Otálvaro (2013)

mercredi 30 janvier 2019

30 janvier 2019 : liberté, égalité, répression...


L’ordre est une vertu morne et sombre.
(Michel de Montaigne, Petit recueil de pensées, Chêne, 2015)



"À chaque mobilisation sociale, à chaque conflit militaire, à chaque élection, le constat ne varie pas : les médias sont des médias de parti pris. Avec des nuances quand ce sont des médias de masse. Sans nuances – et cela peut se comprendre – quand ce sont des médias d’opinion. Le même processus, « information-mobilisation-culpabilisation », est ajusté à la nature de ce qu’il faut combattre ou qu’il faut soutenir. Pour un mouvement social : annonce d’un mesure libérale (bienvenue) ; mobilisation des chefferies éditoriales pour son soutien ; culpabilisation des opposants. Pour une intervention militaire (occidentale) : divulgation de l’infamie d’un régime ; mobilisation médiatique pour un pilonnage ciblé (cela va sans dire) ; culpabilisation des pacifistes et des sceptiques. Pour une élection (ou un référendum) : présentation des candidats et de leurs programmes ; mobilisation massive en faveur (ou en défaveur) d’un ou de plusieurs candidats ; culpabilisation des électeurs(et des candidats) déviants".
Voilà, je crois que tout est dit dans cet excellent livre qui va paraître, mais que j'ai eu avant-première : « Au nom de la démocratie votez bien ! » : Retour sur le traitement médiatique des élections de 2002 et 2017, de Mathias Reymond (Agone, 2019).


En voyant le traitement médiatique de la "crise" des Gilets jaunes, je n’ai pu m’empêcher de me dire : « Voilà, c’est exactement ça ! Les médias dans leur ensemble, avec leur morgue et leur arrogance habituelles, ne comprenant par ailleurs rien à un mouvement spontané, inhabituel, sans tête d’affiche, qui sort de leur cadre de grille de lecture, se sont payé la tête des interviewés, ramenés à leur insignifiance, à leur langage non adapté ou non conforme, et finalement relégués aux oubliettes, quand on ne les sommait pas de condamner fermement les violences des casseurs, alors que ces-mêmes médias ne disaient mot ou minimisaient les violences policières. » Ça m’avait frappé lors des actualités en continu que je regardais à l’hôtel de Marrakech, pendant le Festival. La télévision cherchait bien évidemment à déconsidérer le mouvement, et les commentateurs et experts auto-proclamés n’en finissaient pas de pérorer dans leurs délires de nantis bien incapables de comprendre un malaise populaire non canalisé. Et, comme en 2017, ils avaient harcelé entre les deux tours Jean-Luc Mélenchon pour le sommer de clamer Votez Macron (ce qu’il n’a pas fait, et il lui en a fallu, de la ténacité !), maintenant ils harcèlent et culpabilisent ceux qui ne condamnent pas les violences commises pendant les manifestations.
Mais qu’ils commencent donc à condamner les violences policières sur lesquelles leur silence est assourdissant ! Ce qu’ils se gardent bien de faire. Et on voit défiler à tour de bras les ministres qui se congratulent du rôle positif joué par la police et la gendarmerie (sûr qu’éborgner des individus pacifiques et des passants, les handicaper à vie en les privant d’une main, leur balancer des canons à eau en plein hiver – alors même que l’eau est une matière précieuse dont on va bientôt manquer, comme on en manque déjà dans bien des pays, les asperger de gaz lacrymogènes et de grenades, c’est considéré comme positif par les gardiens de l’ordre) sur toutes les radios, les télévisions où leurs tweets sont clamés à tous les carrefours… Et ils s’étonnent qu’on les appelle les "merdias", que la majorité de la population n’ait plus envie de les lire, de les croire ou de les regarder, que les Gilets jaunes les conspuent et manifestent parfois avec violence la colère qu’ils leur inspirent, et qu’on soit désormais obligés de chercher d’autres sources d’information, sur les réseaux sociaux et les sites internet indépendants.
Le livre de Mathias Reymond montre bien la manière dont les médias ont orchestré la dramaturgie électorale entre les deux tours en 2002 et 2017 comme ils orchestrent en ce moment la dramaturgie sociale. Je lui souhaite un franc succès. Il m’a fait prendre conscience que moi-même j’ai été pris au piège de leur conspiration en faveur du vote Macron (voir mon post du 3 mai 2017, où je me suis efforcé de trouver des tas de raisons de ne pas voter blanc ou de m’abstenir, ce qui était pourtant ma première idée. La lecture du livre m’a montré que j’ai subi le matraquage idéologique des médias sans m’en rendre compte).
C’est décidé, je ne voterai plus que "pour", finis les votes"contre". Tant pis. Le système où au premier tour, on choisit, au deuxième, on élimine, je n’en veux plus, puisque jusqu’à présent, mes choix du premier tour n’ont jamais été suivis ; je suis un grand minoritaire, c’est certain. Et je comprends ceux qui n’ont jamais voté. À quoi bon, quand nos candidats ne franchissent jamais le cap du premier tour, et qu’au deuxième on a envie d’éliminer les deux restant ?
Je suis un vieux croûton, c’est vrai, mais au moins je ne suis pas devenu un vieux réac, comme tous ces soixante-huitards que j’ai croisés ces dix dernières année et qui allaient manifester en 2012 et 13 contre le mariage pour tous, et ces jours-ci avec les foulards rouges en se gaussant de "Jérôme Rodrigues, le révolutionnaire qui pleurniche quand il a un truc dans l’œil. Bien fait pour [s]a gueule"… Je ne suis décidément pas du Parti de l’Ordre (historiquement, ce dernier a enterré la Révolution de 1848), l’ordre en question n’étant que le masque du désordre établi par les possédants, comme chacun sait !

vendredi 11 janvier 2019

11 janvier 2019 : quelques vœux


Non, je n’ai pas trouvé mieux qu’écrire des poèmes.
(Catherine Baptiste, carte de vœux)


Au moment de présenter mes vœux, et vous remarquerez que j’ai pris mon temps pour le faire, je m’inscris sous la houlette du texte que m’a proposé dans sa carte de nouvel an Catherine Baptiste, mon amie poète, animatrice d’ateliers d’art-thérapie et d’écriture, et avec qui j’ai beaucoup appris, même si, pour le moment, j’écris peu de poèmes, étant engagé dans un nouveau projet d’écriture très différent, qui me prend beaucoup de temps et va me faire délaisser plus ou moins ce blog.

Marie Durand : sa devise "RESISTER" écrite sur les murs
de la Tour de Constance
 
Tout d’abord, mes vœux vont aux "humiliés et offensés" (pour reprendre une expression que j’affectionne entre toutes, que j’emprunte au beau titre d’un roman de Dostoïevski) de toute sorte :
les sans-abri, qui pullulent de plus en plus, vu l'appauvrissement général, l’enchérissement du prix des loyers et l’insuffisance des structures d’accueil et d’hébergement.
les migrants pourchassés de partout et que, dans notre égoïsme, nous refusons tout autant d’accueillir, quand on ne les pourchasse pas !
les vieillards, autre catégorie que notre civilisation se disant raffinée, laisse dans l’ombre, dans la solitude et dans l’oubli.
les enfants, eux aussi victimes de notre mode de vie matérialiste et consumériste actuel, que l'on abandonne à l’addiction des machines et à la non-éducation.
les filles et les femmes, toujours victimes de toutes sortes d’humiliations et de violences : absence de scolarité dans le tiers-monde, mariage forcé dans bien des pays, viols et prostitution, discrimination dans l’emploi, etc.
les minorités opprimées de tout poil : minorités ethniques ou "raciales", sexuelles, linguistiques, religieuses, nationales…
les gilets jaunes et autres prolétaires de chez nous (et d’ailleurs), contre qui la violence d’État est de plus en plus manifeste : canons à eau, grenades diverses, flashballs, en attendant les tirs à balle réelle dont les menace un ancien ministre !
les vrais libraires, métier en voie de disparition en même temps que les lecteurs que j’encourage vivement à continuer.

Et bien sûr, à vous tous mes amis de tout âge, ayez une bonne année ! Une année de résistance à tous les faux-semblants, à l'excès de technologie mortifère, à tous les empêcheurs de manifester en rond, à l'oppression médiatique... Je vous souhaite d’esquiver les canons à eau, les lacrymogènes, les flashballs, les DRH suppresseurs d’emplois et de trouver du réconfort dans l’amitié, la solidarité, la spiritualité, la littérature, le cinéma, les arts, la découverte des autres et de la nature, le voyage... Je vous serre très fort dans mes bras...