Le cyclo-lecteur

Le cyclo-lecteur
Photo Juan Camilo Martinez Otálvaro (2013)

mercredi 8 mai 2019

8 mai 2019 : le poème du mois



C’est par la langue que l’on accueille, et selon Jacques Derrida, « un acte d’hospitalité ne peut être que poétique ».
(Christiane Taubira, Baroque sarabande, P. Rey, 2018)


Juste avant de partir pour une quinzaine sur la côte picarde (brrr !), j’envoie le poème du mois.



FUITE VERTIGINEUSE

Je pense que même mourir on peut le faire avec grâce
les morts sont pleins d’étoiles
sinon pourquoi toutes ces lignes dans nos corps
pourquoi ces feux, ces larmes, ces plages de silences

Je pense que l’ultime vois est une fumerolle
(près de tout moribond un cheval immaculé caracole)

Non, nous ne sommes pas cloués dans des lits
dans des maisons, dans des cercueils
nous sommes bien trop grands
notre pointure est infinie

Odile Caradec, En belle terre noire, En forêt, 2008)

Aucun commentaire: