Le cyclo-lecteur

Le cyclo-lecteur
Photo Juan Camilo Martinez Otálvaro (2013)

dimanche 31 juillet 2016

31 juillet 2016 : Comment s'en mettre plein les poches ?...


Nous sommes tous des exilés de notre enfance. C'est pour cela que nous avons recours aux histoires, entre autres palliatifs.
(Mohsin Hamid, Comment s'en mettre plein les poches en Asie mutante, trad. Bernard Cohen, Grasset, 2014)

Mohsin Hamid, auteur inconnu de moi, est mon premier auteur pakistanais ! Une sacrée réussite et un livre qui m'a bien plu, emprunté à mon excellente bibliothèque de quartier qui, heureusement, ne se limite pas aux best-sellers français et américains, même si c'est ce que préfère le public. Comment s'en mettre plein les poches en Asie mutante se présente comme un livre de développement personnel, mais il s'agit, bien entendu, d'un roman, et écrit à la deuxième personne du singulier, histoire de mettre le lecteur dans le coup, comme si l'écrivain s'adressait personnellement à lui !


Il raconte la vie édifiante et surprenante d'un héros né très pauvre, dans la campagne arriérée, et qui a la chance d'être le petit dernier de la famille, et donc les parents vont vouloir qu'il suive des études pour ne pas subir la vie misérable qui est la leur. Il va lui falloir se battre, quitter la campagne pour la ville, améliorer peu à peu sa condition, découvrir l’amour pur de l'adolescent (qu'il va conserver toute sa vie, alors même que "la jolie fille" reste en fait sa "princesse lointaine", et qu'il ne finira par la retrouver qu'à la fin de sa vie), et même faire fortune dans le commerce de l'eau en bouteille, avant d'être dépouillé par son beau-frère, et réduit à la gêne, ce qui ne le trouble que modérément, car au départ, il n'avait rien pour lui. Mais cette fable exemplaire, sorte de Grandeur et décadence d'un César Birotteau pakistanais, nous fait percevoir la manière dont la réussite sociale peut arriver dans un pays de non-droit, où il faut payer des bakchichs aussi bien aux policiers qu'aux sous-ministres et chefs de cabinet. Mais est-ce tellement différent chez nous ; je n'ai jamais rencontré en France quelqu'un qui ait réussi sans avoir beaucoup magouillé ? Il fallait beaucoup légèreté, beaucoup d’humour pour rendre agréable la vie d'un tel héros. 
Le procédé narratif permet à l'auteur d'impliquer le lecteur qui, s’il se prête au jeu, fait sienne la vie du personnage. Sous l'humour omniprésent, on trouvera une satire assez véhémente de la corruption du pays, jamais nommé, mais qui doit être le Pakistan et pourrait être tout autre pays du tiers-monde, aussi bien que du monde développé et soi-disant civilisé. Le héros, jamais nommé non plus, accepte au fond de participer à cette corruption généralisée, car les magouilles de toutes sortes sont le seul moyen de sortir de la pauvreté. On a donc affaire, aussi bien chez le héros que chez "la jolie fille" (jamais nommée autrement), à une course au trésor effrénée. Seule la fin de leur vie les ramène ensemble à se réunir dans un bonheur calme et désintéressé. En douze chapitres, on suit l'évolution du héros, et en parallèle de sa famille, aussi bien que de "la jolie fille", dans un pays saisi par la mondialisation et la modernité à marche forcée, avec les attentats en arrière-plan. L'histoire d'amour est une sorte de fil conducteur, ce qui rend le roman attachant. Le héros a rencontré "la jolie fille" vers ses quinze ans, quand il travaillait comme livreur de dvd piratés, et qu'elle tentait de se faire un nom comme mannequin et actrice. 
Après lecture, saura-t-on s'y prendre pour s'en mettre plein les poches ? Ou même, en a-t-on envie, quand on voit toutes les magouilles nécessaires pour y arriver ? J'en doute, mais on aura passé un bon moment, riche d'humanité, de cette pauvre humanité qui est bien la même sous toutes les latitudes, à la recherche du Veau d'or !

Aucun commentaire: